Suite à de nombreux événements et changements macroéconomiques, nous avons mis en avant l’importance pour les entreprises d’adopter une attitude responsable à l’égard de la société et de son environnement. Elles doivent désormais prendre en compte les attentes de leurs parties prenantes devenues de plus en plus exigeantes. C’est alors qu’est petit à petit remis en cause le modèle de performance exclusivement financière. Nous introduisons les dimensions sociale et environnementale, ce qui nous mène alors à un modèle de performance globale de l’entreprise plébiscité par les parties prenantes notamment les investisseurs. Nous nous intéressons dans cette recherche, à comprendre dans quelle mesure nous pouvons intégrer les dimensions sociétales aux côtés de la dimension financière dans la gestion des entreprises. Au terme de cette revue de littérature, nous avons observé que l’intégration des dimensions sociétales aux côtés de la dimension financière se fait via un processus d’initiation au changement qui considère les parties prenantes.

Mots clés : Responsabilité sociale des entreprises (RSE), théorie des parties prenantes, performance financière, performance globale, management, stratégie.

La littérature financière atteste d’une transition du paradigme traditionnel axé sur la maximisation de la richesse des actionnaires vers un cadre portant sur la création de valeur durable, dans lequel la considération explicite de l’ensemble des coûts et des avantages sociaux et environnementaux revêt une importance cruciale pour toutes les parties prenantes.

La responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) est un sujet omniprésent dans les médias, les entreprises et même les discussions plus informelles des collaborateurs de ces dernières sensibilisés, désormais, aux questions de transition écologique, énergétique, ou encore économique et sociale. Le sujet s’avère incontournable dans notre système économique et semble avoir été pris en compte dans les décisions stratégiques des acteurs du marché. Il devient un enjeu majeur de la finance et, en conséquence, il est au cœur, non seulement, des performances financières et extra- financières, mais encore des changements sociétaux en cours et à venir. Ainsi, l’application d’un certain nombre de principes de développement durable et de transition énergétique a conduit les entreprises à prendre en compte et à mesurer un nombre de plus en plus important de données liées à l’environnement et aux aspects sociaux et sociétaux.